Le grand plasticien et chorégraphe Jan Fabre, accusé de « violence, harcèlement ou harcèlement sexuel au travail et d’un attentat à la pudeur par des danseuses au sein de sa compagnie » , a été condamné vendredi à 18 mois de prison avec sursis par le tribunal correctionnel d’Anvers. Le 25 mars 2022, au premier jour du procès, l’artiste flamand, rattrapé par la vague #MeToo en 2018, avait été dépeint, dans les témoignages de plusieurs danseuses, comme un homme tyrannique lors des répétitions, humiliant régulièrement ses collaboratrices et ayant même pratiqué sur certaines d’entre elles un chantage à caractère sexuel. Plusieurs victimes présumées ont raconté des séances photo à caractère érotique dirigées par le chorégraphe, sous le « faux prétexte » d’une publication dans une revue artistique. Certaines séances se terminaient par des rapports sexuels.
La condamnation est assortie d’un sursis à exécution pour une durée de cinq ans, période pendant laquelle Jan Fabre est privé de ses droits civiques, selon une copie du jugement transmise à la presse. Fabre qui récuse toutes les accusations portées contre lui, était absent à son procès comme au prononcé de la condamnation.

Teodor Currentzis serait maintenu à l’orchestre de la radio SWR de Stuttgart

Le chef d’orchestre Teodor Currentzis serait maintenu à l’orchestre de la radio SWR de Stuttgart en Allemagne. La collaboration avec le chef gréco-russe sera maintenue en dépit de ses  » liens problématiques  » avec une banque russe soumise aux sanctions à cause de la guerre en Ukraine. Une tournée européenne qui doit débuter le 27 mars est maintenue comme prévu, mais le programme sera modifié pour inclure des compositeurs russes, allemands et ukrainiens dans  » un appel en faveur de la paix et de la réconciliation « . Currentzis, chef principal de l’orchestre symphonique de la radio SWR depuis 2018, ne s’est pas exprimé sur le président russe. Dans un communiqué, l’orchestre de la SWR assure que sa coopération avec le chef d’orchestre est basée  » sur des valeurs et des convictions partagées « .  » Nous n’aidons personne et ne mettrons pas fin à la guerre en décrétant une condamnation totale des artistes qui vivent et travaillent en Russie et en mettant automatiquement fin à la collaboration  » avec eux, a déclaré le directeur de l’orchestre Kai Gniffke.

NOUS SOMMES ICI POUR FAIRE DE L’ART, PAS LA GUERRE – la déclaration du directeur du célèbre opéra de Bruxelles

Alors qu’un certain nombre de grandes institutions dans le monde ont décidé de déprogrammer  des œuvres du répertoire russe pour manifester leur désaccord avec l’invasion de l’Ukraine le Théâtre Royal de la Monnaie à Bruxelles a  annoncé  de maintenir la « saison russe » programmée pour l’année 2022/2023.

Trois productions d’opéras du répertoire russe seront représentées sur la scène de la Monnaie la saison prochaine. La Dame de Pique de Piotr Tchaikovski ouvrira la saison dans la  mise en scène par David Marton ( la cheffe française  Nathalie Stutzmann)  et Le Nez  de Dimitri Chostakovitch, dans la mise en scène d’Olex Ollé la refermera (dirigé par le maestro hongrois Gergely Madaras). Entre temps, il y aura  aussi Eugène Onegin  dans une mise en scène de Laurent Pelly et derrière le bâton du directeur musical  de la Monnaie Alain Altinoglu. 

Le directeur de la Monnaie  Peter de Caluwe  a pris la plume pour expliquer sa position. Читать дальше

Tugan Sokhiev/Туган Сохиев a démissionné de ses postes de directeur musical du Bolchoï et de l’Orchestre du Capitole

Le chef russe Tugan Sokhiev/Туган Сохиев a démissionné de ses postes de directeur musical du Théâtre du Bolchoï et de l’Orchestre national du Capitole. Pour ne pas choisir entre ces musiciens russes et ces musiciens français. Dans un message bouleversant SOKHIEV explique son geste.
«Я знаю, что многие хотели узнать о моей позиции по поводу того, что происходит в данный момент и ждали, когда я выскажусь. Мне потребовалось некоторое время, чтобы осознать происходящее и выразить те сложные чувства, которые вызвали во мне текущие события.
Прежде всего, должен сказать самое главное: я никогда не поддерживал никакие конфликты. Я их не приемлю в любых формах и проявлениях. Тот факт, что кто-то может сомневаться в моем стремлении к миру и думать, что я, как музыкант, могу когда-либо ратовать за что-то другое, кроме мира на нашей планете, шокирует и оскорбляет.
Во время различных катастрофических геополитических событий, с которыми столкнулось человечество за последние двадцать лет, когда развивалась моя профессиональная карьера, я всегда оставался с моими коллегами-музыкантами, и мы всегда вместе оказывали и выражали поддержку и сочувствие всем жертвам этих конфликтов. Это то, что мы, музыканты, делаем: мы выражаем свои мысли через музыку, мы говорим эмоциональные вещи с помощью музыки, мы утешаем музыкой тех, кто в ней нуждается. Нам, музыкантам, повезло, что мы можем говорить на этом международном языке, который иногда может выразить больше, чем любые слова, известные цивилизации.
Я всегда очень горжусь тем, что являюсь дирижером из страны с такой богатой культурой, как Россия, и я также очень горжусь тем, что с 2003 года являюсь частью французской музыкальной жизни. Это то, что делает музыка. Она соединяет людей и артистов с разных континентов и противоположных культур, исцеляет души людей и дает надежду на мирное существование на этой планете. Музыка может быть драматичной, лирической, смешной, грустной, но никогда не оскорбительной! В этом я убедился в результате плодотворного сотрудничества с замечательным оркестром в Тулузе. Это мне доказывает мой потрясающий коллектив Большого театра каждый раз, когда я дирижирую спектаклями в России или когда мы с ними на гастролях в Европе. И в Тулузу, и в Большой театр я регулярно приглашал украинских певцов и дирижеров. Мы даже не думали о своей национальности. Нам нравилось делать музыку вместе и быть частью музыкального мира. И сегодня наша позиция неизменна.
Вот почему я начал русско-французский фестиваль в Тулузе: чтобы показать всем, что народы Франции и России связаны исторически, культурно, духовно и музыкально, и что я горжусь этой связью между нашими двумя великими странами, которые я люблю. Сегодня этому фестивалю противостоят власти города Тулузы. Какой позор! Я считаю, что этот фестиваль может добиться большего в установлении дружественных отношений, чем политические высказывания. За последние несколько дней я стал свидетелем того, что, как я думал, никогда не увижу в своей жизни. В Европе сегодня меня вынуждают сделать выбор и предпочесть одного члена моей музыкальной семьи другому.
Меня вынуждают выбрать между двумя культурными традициями. Меня вынуждают предпочесть одного артиста другому. Меня вынуждают выбрать одного певца вместо другого. Скоро меня попросят выбрать между Чайковским, Стравинским, Шостаковичем и Бетховеном, Брамсом, Дебюсси. Это уже происходит в Польше, европейской стране, где запрещена русская музыка.
Я не могу видеть, как мои коллеги — дирижеры, актеры, певцы, танцоры, режиссеры — подвергаются угрозам, неуважительному обращению и становятся жертвами «культуры отмены». Нам, музыкантам, дан исключительный шанс, исполняя и интерпретируя этих великих композиторов, помочь сохранить человечество, сохранить его добрым и с уважительным отношением людей друг к другу. Мы, музыканты, призваны через музыку Шостаковича напоминать об ужасах, постигших человечество во Второй мировой войне. Мы, музыканты, являемся послами мира. Вместо того, чтобы использовать нас и нашу музыку для объединения наций и людей, в Европе нас пытаются разделить и подвергают остракизму.
Из-за всего того, о чем я сказал выше, и будучи вынужденным столкнуться с невозможным выбором между моими любимыми русскими и любимыми французскими музыкантами, я решил уйти с должности музыкального руководителя и главного дирижера Большого театра в Москве и покидаю пост музыкального руководителя Национального оркестра Капитолия Тулузы.
Для меня было и всегда будет большой честью знать, работать вместе и музицировать с артистами и музыкантами этих двух потрясающих коллективов. Я горжусь ими.

Déclaration du Festival de Cannes sur la situation en Ukraine

 

À l’heure où le monde a basculé dans une grave crise qui voit une partie de l’Europe se trouver en état de guerre, le Festival de Cannes souhaite exprimer tout son soutien au peuple ukrainien et à toutes les personnes qui se trouvent sur son territoire.

Aussi modeste qu’elle soit, nous unissons notre voix à tous ceux qui s’opposent à cette situation inacceptable et dénoncent l’attitude de la Russie et de ses dirigeants.

Nous avons une pensée particulière pour les artistes et les professionnels du cinéma ukrainien, ainsi que pour leurs familles, dont la vie est aujourd’hui en danger. Il y a ceux que nous ne connaissons pas, il y a ceux que nous connaissons et que nous avons accueillis à Cannes avec des œuvres qui, toutes, disent beaucoup de ce que sont l’Histoire et le présent de l’Ukraine.

En cet hiver 2022, le Festival de Cannes est entré dans sa phase de préparation. Il a été décidé, sauf à ce que la guerre d’agression cesse dans des conditions qui satisferont le peuple ukrainien, de ne pas accueillir de délégations officielles venues de Russie ni d’accepter la présence de la moindre instance liée au gouvernement russe.

Nous voulons en revanche saluer le courage de toutes celles et tous ceux qui, en Russie, ont pris le risque de protester contre l’agression et l’invasion de l’Ukraine. Il y a parmi eux des artistes et des professionnels du cinéma qui n’ont jamais cessé de lutter contre le régime actuel et qui ne sauraient être associés à ces actes intolérables et à ceux qui bombardent l’Ukraine.

Fidèle à son histoire, qui débuta en 1939 en résistance aux dictatures fasciste et nazie, le Festival de Cannes se mettra toujours au service des artistes et des professionnels du cinéma, dont la voix s’élève pour dénoncer la violence, la répression et les injustices, et pour défendre la paix et la liberté.

L’équipe du Festival de Cannes

 

 

Lettre ouverte de Lev Dodine

Lev Dodine a adressé il y a quelques jours une lettre personnelle à Vladimir Poutine. La lettre traduite ici et que publie le site de la revue Teatr le 28 février 2022 ( oteatre.info) est une lettre ouverte. Lev Dodine est un metteur en scène bien connu en France par ses nombreuses tournées, directeur du Théâtre Maly de Saint-Petersbourg, un des plus grands théâtres de Russie. Читать дальше

« UNE TELEVISION FRANCAISE » de Thomas Quillardet/Entretien Agnès Adam

 5- 22 janvier 2022  – Théâtre de la Ville/Les Abbesses ; 25-26 janvierLa Rochelle ; 4 févrierAngoulême; 22-23 févrierLa Rose des vents, Lille; 26 février Gap

Après « The French Dispatch » délirant et surréaliste de Wes Anderson, voici une adaptation pour le théâtre de Thomas Quillardet, plus classique, de la vie d’une équipe de journalistes. « Une télévision française », la chronique quotidienne d’une rédaction de TF1 à l’époque de sa splendeur jusqu’à sa bascule dans le privé, à partir du rachat par Francis Bouygues en 1987 : sujets politiques, crises planétaires, scènes de débats historiques –Mitterrand-Chirac(1988), Tapie-Le Pen(1989), ainsi que les rivalités professionnelles,  grandes ambitions et  petites querelles d’ego.  Et évidemment l’impact de la privatisation sur la façon de traiter l’information, et donc le monde.  Sans jamais tomber dans le piège d’utiliser la vidéo pour parler de la télé ou le simplisme de la narration purement documentaire, Thomas Quillardet construit une fiction joyeusement théâtrale, une série de sketchs drôles et inventifs sur les sujets politiques interprétés avec finesse et panache par sa troupe de comédiens/comédiennes. Chaque acteur interprétant plusieurs rôles, avec le passage délicieusement subtil entre féminin/ masculin ce qui permet d’éviter la tentation de réaliser la copie conforme des grands stars, les présentateurs de la télé, tels que Claire Chasal et les autres. Nous avons rencontré Agnès Adam, comédienne/metteuse en scène, diplômée de l’Ecole de l’ENSATT, classe d’Anatoli Vassiliev, qui incarne dans le spectacle Alain Kopniak et Michèle Cotta.

Читать дальше

« Le débat du cœur : Colette Thomas et Antonin Artaud »

 15-23 décembreThéâtre de l’Atalante
 
 
Un spectacle singulier de Virginie Di Ricci/ Jean-Marc Musial d’après la correspondance de Colette Thomas et Antonin Artaud (Théâtre de l’Atalante). La rencontre de deux êtres extraordinaires. L’un est un poète visionnaire de cinquante ans, interné en hôpital psychiatrique depuis neuf années. L’autre est une aspirante inspirée – poète, comédienne de 23 ans, formée par Louis Jouvet, qui a ,elle aussi, connu l’internement psychiatrique. Nous sommes en 1946, Colette Thomas rend visite à Antonin Artaud encore interné à l’asile de Rodez. Sa lecture, pendant la guerre, du « Théâtre et son double », l’a renversée et durant les deux années qui suivent elle travaille avec Artaud pour dire ces textes lors de trois performances restées cultes, notamment la soirée d’hommage à lui rendu, au théâtre Sarah Bernhardt le 7 juin 1946. Elle est aussi l’auteur d’un unique livre resté dans l’ombre pendant plus de soixante ans : « Le testament de la fille morte », réédité cette année par les Editions Prairial. Ce livre contient ses lettres adressées à Antonin Artaud sous le titre « Le débat du cœur ». Les lettres d’Artaud à Colette sont parues dans « Suppôts et Suppliciations ». Recomposée et mise en scène pour la première fois, cette correspondance révèle une histoire sans exemple, extraordinaire, dramatique. Sur scène l’actrice, Virginie Di Ricci, devient le lieu physique et psychique d’un débat du cœur qui n’a pour témoin que la lumière, réalisée par JM Musial, pivot essentiel d’une radicalité dans l’épure et dans le dialogue des âmes. Drame double donc où la voix d’Artaud se noue à celle de Colette Thomas à travers ses réminiscences traumatiques et leurs dépassements. Un théâtre « où les bûches des mots sont des bêtes qui toutes éclatent en sanglot » (A.A) Pacôme Thiellement, préfacier de Colette Thomas, recompose en un prologue, sur le mode la conférence, le parcours et le portrait de Colette Thomas. Tombée dans un immense oubli, Colette Thomas nous revient aujourd’hui à travers le regard d’ Antonin Artaud.

« Akhmatova » du 19 au 26 juin sur L’Opéra chez soi sera disponible gratuitement  puis en accès payant. 

L’Opéra national de Paris rend hommage à son ancien Directeur, Nicolas Joel, disparu il y a un an, avec la mise en ligne de l’opéra de Bruno Mantovani Akhmatova, dont il signait la mise en scène ( la création mondiale en 2011 à Opéra Bastille).  Le second opéra de Bruno Mantovani inspiré de la vie de la poétesse russe Anna Akhmatova (1889-1966)  sur le livret de l’écrivain Christophe Ghristi : une oeuvre au parcours psychologique, miroir du déchirement intérieur d’une intellectuelle humiliée, inquiétée par le régime stalinien.  L’opéra évoque la place du créateur confronté à la tyrannie. 

L’Interview exclusive du compositeur pour le magazine Affiche Paris-Europe (2011). Читать дальше

Buy an Essay Online on Buy Essay Club Today students get dozens of various tasks. They simply do not have enough time to do all of them because of the great academic overload. Essay writing – one would say it is a simple task. But it is impossible to find the possibility, time and inspiration to do all tasks according to deadlines.helloworld.com To buy essay is a good way out. Our company offers to buy essays online. We work 24 hours every day for you writing papers without any mistakes, plagiarism or topic discrepancy. You can buy essays right now on our website. If you want to buy an essay online, our team of qualified professionals is ready to help. Our company provides the services for students throughout the world. We take all topics, subjects, difficulty levels. There is no impossible task for us. Think no longer: order essays online to get excellent papers written according to your instructions. Our company offers you our strong support if you want to buy essays. Have questions? Need more detailed information about our services? Just contact us anytime 24/7. WANT TO KNOW MORE ABOUT SERVICES WE PROVIDE? We offer to buy not only essays but also re-writing and professional proofreading services. If you have an already written paper or just a draft, we will help you to write a perfect essay and get the highest grade. Your skills in academic writing will be noticed and rewarded for sure. HOW TO BUY ESSAYS ONLINE? It is as easy as 1, 2, 3. First of all, fill in the order form, write us your requirements or attach your papers for proofreading or re-writing. If you have doubts, first of all, send your requests to us and get a full consultation from our specialists. WANT TO BUY ESSAYS CHEAP WITH STRONG MONEYBACK WARRANTIES? It is the right choice to visit our website! We want to be of service for you. Our company offers to buy essays at the most pleasant prices. We use only legal payment methods to provide you safety with your transactions. If you want to buy an essay, be sure that your personal information or credit card records will not be collected, saved or used in the future. We offer 100% privacy, so you shouldn’t worry about any information disclosing from our side. After placing the order, our team will contact you in a short time. We work with professional writers always ready to write on any topic. You can buy custom essays online right now. Just tell us your topic, place an order and we will start working on it immediately. We offer not to just buy essays. We offer you exclusive advantages and a high rate service including: Excellent quality. We are a legitimate company that offers only professional services. Your papers will be written by true professionals. And we are always ready to help you providing any information you need. No plagiarism. Your essays will be checked for plagiarism by reliable and top class software. 100% originality is guaranteed. Reliable support 24/7. Join us in a live chat or tell us your email. We will provide all necessary information according to your order. You can also call us anytime 24/7 or buy essays online on our website. Order now your best essay and get it right on time in full accordance with your requirements.

Les initiales « PC » ou Pierre le Magnifique

Aujourd’hui à l’age de 98 ans le grand Pierre Cardin est mort.  J’ai décidé de publier l’extrait de l’ interview qu’il m’a donné en 2003 pour l’hebdomadaire parisien La Pensée russe.          

Chaque année, au cours de la dernière semaine d’octobre, Pierre Cardin organise, au théâtre « Espace Cardin » à Paris, le Festival du film russe « Paris-Art-Moscou ». C’était l’occasion rêvée pour rencontrer le grand Cardin et parler de lui à nos lecteurs.

         Les initiales « PC » sont connues dans n’importe quel point du globe. Pierre Cardin, le célèbre couturier français, est devenu une légende. Il est l’un des designers grâce à qui la mode, au 20ème siècle, est devenue un art ; il était en même temps le premier révolutionnaire de la mode. Si aujourd’hui, on se pose toujours la question « Qui a eu le premier l’idée d’habiller les femmes en mini-jupe : Cardin, Courrèges ou Mary Quant ? », il est absolument indiscutable que c’est justement Cardin qui, en 1959, a été le premier couturier français à créer, en même temps que la collection haute-couture, le prêt-à-porter. Cette idée a été perçue à l’époque comme très subversive, et on l’a même exclu du Syndicat français de la Haute Couture, ce qui, d’ailleurs, n’a pas empêché presque tous les couturiers de suivre son exemple.

         Cardin a été le premier à mettre ses initiales « PC » sur les vêtements, et le premier également à créer une collection pour hommes. A propos, l’image des Beatles en veste sans col est également due à Cardin qui, tout à fait légitimement, est devenu le premier couturier élu à l’Académie Française des Arts et Lettres. Néanmoins, l’activité créatrice de Pierre Cardin ne s’est pas limitée au monde de la mode : brillant designer, il a breveté à ce jour plus de 500 inventions, dans des domaines aussi divers que l’architecture, le transport, la publicité et toutes sortes de spectacles. « Ma devise, c’est de créer », répète le maestro, et il semblerait que son élan créatif ne connaisse pas de limite. En dehors des vêtements fabriqués dans le monde entier jusqu’à la Chine, il crée des meubles, dirige la chaîne des restaurants « Maxim’s », disséminés également dans le monde entier, édite plusieurs revues culturelles, possède des hôtels et quatre théâtres ; il est également « Ambassadeur de bonne volonté » de l’Unesco, etc…On n’arriverait pas à tout énumérer.

         Pierre le Magnifique, c’est ainsi, en paraphrasant le nom du célèbre duc de Florence, patron des arts, qu’on peut appeler Cardin, lui aussi l’italien d’origine. Si l’art en général est une passion qui accompagne sa vie entière, le théâtre représente une passion toute particulière. Il aime en plaisanter : « Dieu merci, il y a la mode qui permet de gagner de l’argent, qu’on peut dépenser par la suite avec succès pour le théâtre. Si, auparavant, je travaillais pour de l’argent, au cours de ces dernières décennies, c’est maintenant l’argent qui travaille pour moi ».

         Lorsqu’on m’a fait entrer dans le bureau de Cardin, à peine ai-je eu le temps de regarder autour de moi, et encore moins de poser la question que j’avais soigneusement préparée : « Quelle femme pourriez-vous appeler votre modèle idéal ? », que j’ai vu le célèbre couturier faire quelque chose de bizarre : Sur la première page de « La Pensée Russe » qu’il avait devant lui, il dessinait avec soin les lettres russes. « Dites-moi, qu’est-ce que cette lettre, qui est comme le P latin ? Ah…c’est un R. Et celle-ci ? Et ça, je sais, c’est une fita, F. Et là ? C’est intéressant, je vais le noter ». Après cette leçon improvisée de langue russe (Cardin a vraisemblablement décidé d’élargir son empire à l’Est), notre conversation, tout naturellement, s’est portée sur la Russie.

 

  • Cela fait très longtemps que je connais les Russes. Vous vous imaginez, j’ai visité la Russie, pour la première fois, en 1962, avec Gilbert Bécaud, quand il donnait des concerts à Moscou. Pourquoi suis-je venu ? Ce pays m’intriguait. Les dirigeants communistes proclamaient qu’ils avaient construit une société où tout le monde était heureux…Un paradis sur terre. Alors pourquoi ne pas permettre à ses citoyens de se déplacer librement, d’aller, de venir ? Si c’était un paradis, alors, bien au contraire, il fallait recevoir tout le monde à bras ouverts. J’avais envie de voir ce pays de plus près, et bien sûr, j’ai été très déçu. Je n’ai rencontré que des gens malheureux, bien que, je tiens à le faire remarquer, je ne m’intéresse pas du tout à la politique. Je me considère comme ambassadeur de la tolérance et de la paix. J’aurais voulu réunir tous les hommes sur terre et essayer de leur apprendre à s’aimer les uns les autres. C’est pourquoi cela fait déjà plus de 10 ans que je suis « Ambassadeur de bonne volonté » de l’Unesco. J’ai toujours aidé les stylistes russes. Valentin Youdachkin, grâce à mon soutien, a été reçu au Syndicat de la Haute-Couture parisienne, alors qu’il y a 30 ans déjà, j’envoyais à Viatcheslav Zaïtsev des valises de tissus pour ses collections. J’ai lu par hasard un article sur lui, et j’ai simplement eu envie de l’aider. Voilà, c’est tout.
  • A Moscou il y avait beaucoup de légendes qui circulaient sur vos relations avec Maya Plissetskaya…
  • C’est Nadia Léger qui nous a présentés l’un à l’autre, au cours de sa première représentation à Paris, il y a 32 ans…

Cardin montre avec plaisir la photo où il est avec Plissetskaya et qui se trouve sur son bureau.

  • Bien sûr, nous avons un peu flirté. Maya est une grande danseuse, mais vous savez, pendant toutes ces années, nous avons été liés par une amitié chaleureuse et sincère. A Paris, elle descend toujours à mon hôtel. Nous nous rencontrons souvent, nous dînons ensemble, et bien entendu, au cours de toutes ces années, c’est moi qui l’ai habillée. J’ai créé également des costumes pour ses spectacles au Bolchoï, « Anna Karénine », « La dame au petit chien », « Les eaux de printemps ». Je suis, depuis plusieurs années, ami avec le poète Andrey Voznessensky. Un jour, il m’a raconté que d’après son poème « Junon et Avos », on avait fait un opéra rock : « Viens voir ! ». Je me suis rendu à Moscou exprès pour le voir, et j’ai tellement aimé le spectacle que j’ai tout de suite donné l’autorisation de le mettre en scène à Paris. On a déjà annoncé la première, 80 personnes sont venues de Moscou ; notez que c’était moi qui avais tout payé, et là, comme un fait exprès, il y a eu cette terrible histoire autour de l’avion coréen, qui a suscité une tension diplomatique sans précédent !          J’ai reçu beaucoup de lettres de menaces : « Si vous montrez les Russes, nous allons brûler votre théâtre », etc…Je n’ai pas fermé l’œil de la nuit avant la première et je n’arrêtais pas de penser : « Que faire ? Quels rapports ont les acteurs russes avec cet avion coréen ? Aucun, pas plus que le poème de Voznessensky « Junon et Avos ». L’histoire d’amour éternelle, bien qu’on puisse lire l’histoire de l’ambassadeur russe, le comte Riazanov, et de la fille du gouverneur de Californie, Conchie, comme un essai de dialogue entre deux pays en guerre, l’Amérique et la Russie. Bref, il n’a pas été possible d’éviter un scandale diplomatique, et, au cours de la première, le théâtre était à moitié vide. Ni Yves Montand, ni Simone Signoret, personne de ce qu’on appelle « l’intelligentsia pro russe » n’était venu. Et j’ai eu, à ce moment, une idée complètement folle : j’ai téléphoné à « Paris-Match » et j’ai proposé de faire un reportage place de la Concorde, sur le concours des arts entre les Russes et les Américains. A ce moment, les Américains montraient à Paris le spectacle musical appelé « Sophisticated lady » qui, à mon avis, était d’un niveau assez bas, mais c’était sans importance. L’important, c’est que je les ai tous invités à la fête que j’avais organisée avec les Russes, et qu’ils ont accepté tout de suite. J’ai donc rassemblé 70 Américains et 80 Russes, j’ai commandé un dîner chez « Maxim’s », et jusqu’au matin, nous avons dansé, ri et pleuré ensemble. Le lendemain, sur « Paris-Match », il y a eu une immense photo couleur, avec le reportage sur notre rencontre. C’était formidable, et les spectateurs sont venus voir mes Russes. Je vous raconte cette histoire pour que vous puissiez comprendre l’amour que je ressens pour la Russie…
  • Et comment étiez-vous reçu à l’époque de l’URSS ?
  • J’ai toujours été très bien reçu. Dans les années 80, 32 fabriques de textile travaillaient pour moi dans différentes villes ; je leur envoyais des esquisses, et elles fabriquaient des vêtements d’après ces esquisses. Près d’un million de chemises d’hommes par jour !
  • C’est bizarre. Où sont passés tous ces stocks ? A Moscou, je n’ai pas vu spécialement de chemises Pierre Cardin…
  • Ecoutez, je vous ai déjà dit que c’est un pays immense. Vous vous imaginez, il y avait 15 républiques ; pour chaque république, il y avait 75 000 chemises. Dans chaque république, il y a au minimum 10 grandes villes ; dans chaque ville, disons qu’elles étaient réparties sur 10 magasins, et ce genre d’article part tout de suite. La moitié pour la Nomenclature, l’autre moitié pour des amis. Donc, si on fait deux heures de queue au Goum (le plus grand magasin de Moscou), il y avait une chance d’acheter les trois chemises restantes.

J’ai été stupéfaite par sa connaissance de la réalité de la vie soviétique, et Cardin, très content, continuait à me raconter comment à l’époque soviétique, toutes les délégations de Moscou dînaient sans faute dans son restaurant chez « Maxim’s »  et comment il était reçu au Kremlin par madame Gorbatchev, qu’il habillait, bien entendu, également. Sans doute afin de me surprendre tout à fait, il m’a raconté qu’il connaissait Poutine depuis une vingtaine d’années. Ils avaient participé ensemble à des négociations à Moscou, et il en existe même une preuve visuelle. Après quoi, Cardin fouille dans un tiroir, en sort une photo. J’étais un peu incrédule, car l’homme sur la photo ne ressemblait pas tellement au Président russe d’aujourd’hui. Cardin se vexe comme un enfant :

  • J’espère que vous ne croyez pas que je l’ai inventé ?

 

  • Vous disiez qu’autrefois il y avait beaucoup de malheureux en Russie. Et maintenant ?
  • Pas de comparaison ! Peut-être que je me fais une représentation très superficielle, mais aujourd’hui, vous sortez la nuit à Moscou et vous vous retrouvez dans une ambiance de fête. Les gens chantent et dansent ; il y a des restaurants pour tous les goûts. Aujourd’hui, ce sont des hommes libres. Il me semble que la liberté, c’est déjà le bonheur. Il n’est pas possible d’exiger d’un pays, dont les changements datent seulement de 10 ans, après presque un siècle de cruauté dans la politique, que tout change instantanément. Dans tous les cas, le bonheur est en nous-mêmes, dans le travail, dans l’équilibre, dans la vie privée. En 1991, j’ai organisé un défilé géant sur la Place Rouge. Près de 200 000 spectateurs y ont assisté. C’était une liesse populaire, une vraie fête de la liberté. Qui aurait pu penser que sur la Place Rouge, après toutes ces revues militaires, il y aurait un jour la mode parisienne et Pierre Cardin ?

 

        Quant au Festival du Cinéma russe à Paris, Cardin en parle d’une façon très réservée. C’est plutôt encore une bizarrerie de Cardin le Magnifique.

 

  • Depuis longtemps, déjà depuis « Junon et Avos », j’ai gardé la mémoire des brillants acteurs russes, et j’ai eu envie de les montrer de nouveau à Paris. Et qui d’autre aujourd’hui à Paris, à part moi, est capable d’organiser et de payer une manifestation aussi coûteuse ? Plus généralement, j’espère que nous avons discuté assez longtemps pour que vous puissiez comprendre à quel point j’ai des relations chaleureuses avec la Russie.

 

A ce moment, Monsieur Cardin met effectivement un point. Je comprends, à regret, que le temps que mon interlocuteur m’avait imparti pour l’entretien, est arrivé à sa fin.

(EKATERINA BOGOPOLSKAIA, « La Pensée russe », Paris, 30 octobre 2003)

Ni tout à fait le même ni tout à fait un autre

La semaine dernière  dans le programme La Comédie  continue, encore!  proposé par  la Comédie-Française,  nous avons vu la captation d’Amphitryon d’Anatoli  Vassilev. Quelle surprise ! Cette  captation du réalisateur Andy Sommer (coproduction avec France 3 ) présente un regard très particulier sur le  travail  de Vassiliev et d’une certaine manière propose  une autre optique du spectacle, nous invitant à réfléchir sur les possibilités nouvelles qu’offre l’écran. Читать дальше